Top Menu

Haben Girma, marraine des rencontres SENS LAB

  • 20. Avr, 2016

photo haben girmaHaben Girma est la première étudiante sourde et aveugle diplômée de la Faculté de droit de l’Université de Harvard. Elle est avocate spécialisée en droits civils. Originaire d’Érythrée elle lutte pour une meilleure éducation pour les personnes sourdes et aveugles dans le monde. Lauréate de « champion of change » de la Maison Blanche et de « BBC Women of Africa Hero », Haben plaide pour la création de sociétés plus inclusives.

 

 

 

 

Que pourrait faire mon entreprise pour devennir plus inclusive/accessible ?

Les stéréotypes négatifs et les barrières comportementales freinent souvent les organisations. Les organisations devraient travailler pour créer des environnements plus accessibles où tous les membres pourraient mettre à profit leurs talents. Former vos membres, en incluant le handicap dans la formation sur la diversité, augmenter le recrutement de personnes handicapées, supprimer les obstacles liés au cadre bâti, les obstacles à la communication et les barrières digitales, tout ceci aidera votre association à avancer dans la bonne direction.

 

Pourquoi avez-vous décidé de devenir un défenseur des droits des personnes handicapées ?

En tant qu’étudiante sourde et aveugle, j’ai été témoin d’avocats utilisant la loi sur les personnes handicapées (Americans with Disabilities Act (ADA)) pour changer les comportements sociaux. La Fédération nationale des aveugles américaine a régulièrement fait référence à l’ADA en expliquant aux développeurs de technologies pourquoi l’accessibilité pour les personnes handicapées est une nécessité et non une option au sommet de la Silicon Valley.
J’ai entendu comment l’Association Nationale des Sourds américaine a utilisé l’ADA pour augmenter le sous-titrage en ligne, et comment les défenseurs des droits des personnes handicapées ont utilisé l’ADA pour obliger l’équipe technique du site Target pour rendre Target.com accessible aux américains malvoyants.

Impressionnée par le succès de ces défenseurs, je me suis sentie inspirée pour les rejoindre.
A l’époque et même maintenant, j’ai rencontré de nombreux obstacles dans le monde du digital. Pas à cause de mon handicap mais à cause des attitudes des développeurs de technologies qui banalisent l’accès pour les personnes handicapées.

 

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui aspire à faire du droit ?

Il est vraiment important de passer du temps avec la communauté que vous servez. De bons défenseurs comprennent les besoins de leurs communautés et ont les compétences en droit pour communiquer ces besoins aux autres.

 

Comment avez-vous surmonté votre handicap ?

En fait, le handicap n’est pas quelque chose que l’on surmonte. Les histoires qui racontent que les personnes handicapées ayant réussi ont surmonté leur handicap, induisent le public en erreur.
Les barrières n’existent pas chez les personnes mais dans leur environnement physique, social et digital. Les personnes handicapées et leurs communautés réussissent lorsque la société décide de lever les barrières numériques, comportementales et physiques.
Mon succès à l’école, au bureau, et même sur la piste de danse a été facilité par les sociétés qui ont choisi de favoriser l’accessibilité et l’inclusion.