Top Menu

Les difficultés rencontrées par les jeunes avec un déficit sensoriel

  • 9. Mar, 2016

Les jeunes avec un déficit sensoriel subissent des injustices et des refus de droit au travail bien que plus pour les troubles.

Et pourtant les étudiants avec un trouble sensoriel sont ceux qui réussissent le mieux dans la poursuite de cursus parmi les 9 catégories de troubles recensés dans le supérieur :

  • Etudiants avec trouble visuel : 1er/9, soit 24,5% niveau master (moyenne nationale 31,7%)
  • Etudiants avec trouble auditif : 3ème/9, soit 20,7% niveau master (moyenne nationale 31,7%)
RECENSEMENT Etudiants Lycéens Lycéens
(INJA, INJS…)
Estimation
Classe de 3°
Estimation
jeunes diplomés
TOTAL
Sources
2012-2013
 handiu  men  sante Lycéens (EN)
X 0.25
Etudiants
x 1,5
 
Trouble visuel 1290 (soit 8,7% des étudiants handicapés) 882 ? 220 1935 4327
Trouble auditif 894 ** (soit 6% des étudiants handicapés) 1078 ? 270 1341 3583

[/row]


** La faiblesse relative du nombre d’étudiants déficients auditifs s’explique sans doute par un important décrochage au cours ou à la fin du lycée. « La part des personnes déficientes auditives âgées de 25 à 39 ans ayant une qualification supérieure au bac est de 9,7% contre 25% pour l’ensemble de la population.» [ORS Pays de Loire, 2007]


On estime 8 à 10 000 jeunes avec déficit sensoriel de la Troisième jusqu’à 10 ans après leur dernier diplôme de formation initiale. Pourtant l’INSEE, dans son enquête « Les discriminations liées au handicap et à la santé » en 2010, observe que « 41% des jeunes handicapés indique avoir subi au moins une fois une situation discriminante, soit 8 fois plus que la moyenne des jeunes. À l’école, les jeunes ayant une déficience auditive ou visuelle déclarent plus souvent subir des injustices ou des refus de droit. Pour les ¾ des chômeurs [avec déficit sensoriel], ces mêmes discriminations ont été subies sur le lieu de travail ; c’est beaucoup plus que pour les autres types de handicap. »

Une autre étude faite par Websourd (Scic offrant des services aux sourds) en 2012 précise « 66% des sourds en âge de travailler sont sans emploi. 34% ont abandonné toute recherche. »

En 2013, la Confédération Française Pour La Promotion Sociale Des Aveugles Et Amblyopes (CFPSAA) observe que 41% des personnes aveugles en âge de travailler sont sans emploi.

Cette situation entraîne des coûts humain (dépréciation de soi, désocialisation), social (sous-emploi) et financier (allocations) pour les jeunes avec un déficit sensoriel.

Sensibilisée par cette situation injuste et inégalitaire, la FÉDÉEH s’engage et milite par et à travers des actions concrètes pour favoriser l’employabilité des jeunes handicapés.